papillon

Témoignages

Qualité de vie, stress des examens, présentations orales, santé

Vos témoignages sont les bienvenus,
n’hésitez pas à partager votre expérience,
cela peut être utile à d’autres…

Ajouter votre témoignage

Qualité de vie :

- Robert A. de Naninne

Bonjour Madame Vastamente,
Après notre longue séance de ce matin, je souhaitais ajouter mon témoignage pour vous exprimer ma gratitude.
Je suis venu quelques fois chez vous, mon travail n’est pas terminé et je dois dire que j’ai été surpris de l’efficacité des techniques énergétiques que vous pratiquez. Je suis venu 3 fois et je suis chaque fois reparti soulagé d’un poids
supplémentaire.... et en plus je sens que de nouvelles perspectives s'ouvrent devant moi.
Je ne peux m’empêcher de faire la comparaison avec d’autres types d’accompagnement ou j’avais parfois L’impression que le thérapeute cherchait des informations de mon passé sans pour autant pouvoir les exploiter.
Rien de cela dans votre accompagnement, vous ne perdez pas de temps inutilement et allez droit au but.
J’ai chaque fois ressenti une écoute authentique par rapport à mes difficultés.
Je dois dire que je craignais un peu de m’adresser à une personne qui n’avait pas une formation de psychologue à la base¦et puis tout compte fait, je suis très agréablement surpris car je crois que votre formation initiale ajoute une dimension supplémentaire.
En 2 mots : humanité et efficacité.
A toutes les personnes qui lisent ce message, je ne peux que recommander Gaetana Vastamente.
N’hésitez pas lui confier vos soucis et difficultés, si vous voulez vraiment être soulagé et changer, je suis certain qu’elle pourrra vous aider.
Avec toute ma gratitude,
Robert A. de Naninne

- G. , 30 ans : Peur de l’abandon

Disons que pour moi, c'est un excellent complément à une thérapie "classique" où l'on a déjà "décortiqué" les "comment" et les "pourquoi" des situations posant problème. Seulement, les méthodes proposées permettent, à mon avis, une "digestion" par le corps du traumatisme, ce qui me semble être la condition indispensable pour une guérison. Juste savoir "avec sa tête" ce qui pose problème est nécessaire mais pas suffisant, à mon sens, pour aller à nouveau bien. Souvent, lors des séances, j'ai senti comme des "décharges d'énergie" parcourir mon corps, comme si l'énergie bloquée auparavant se remettait enfin à circuler.

Ce qui me convient aussi très bien dans ces méthodes, que ce soit avec l'Eft ou l'hypnose, c'est le sentiment de sécurité procuré par le fait que ce ne soit pas le thérapeute qui m'impose ses vues mais bien que ce soit moi qui garde en main les rênes de ma séance. En effet, dans l'Eft, c'est ensemble que les phrases prononcées sont choisies et c'est moi qui stimule par "tapotages" les points d'acupunctures de mon visage et de mon torse. Avec l'hypnose, ce sont mes images qui viennent et ma créativité qui est mise en jeu.

Dans les deux techniques, le côté positif est toujours mis en avant et me semble aussi extrêmement important. Dans l'Eft, par exemple, les phrases énoncées sont du style "Même si ..... (énoncé du problème) ... je m'aime et me respecte profondément", ce qui amène une dynamique beaucoup plus positive que de simplement se contenter d'énoncer le problème et de le ressasser.

Dans l'hypnose, méthode avec laquelle j'ai pu retravailler ma naissance difficile, au lieu de rester dans la partie négative, j’ai été invitée à imaginer ce que j'aurais voulu vivre et me donner la douceur que j'aurais tant souhaité. Après cette séance, où j'ai pu vivre par de nouvelles images une belle naissance, la tristesse et le sentiment d'abandon qui me suivaient depuis dans ma vie n'avaient plus le même poids qu'auparavant et je me sens beaucoup plus sereine depuis lors. Enfin, je dirais que l'on avance plus vite vers le "vrai" coeur du problème avec ces méthodes qu'avec la thérapie "classique". En thérapie "classique", c'est le cerveau rationnel qui "parle" et sans le vouloir, j'ai passé des années en thérapie sans aborder des aspects, pourtant essentiels, qui se sont par contre dévoilés extrêmement vite avec l'Eft ou l'hypnose et que j'ai enfin pu aborder et régler.

En bref, les outils proposés vont dans le sens de l'autonomie de la personne et d'un plus grand bien être et m'ont beaucoup apporté. Un tout grand merci ! G.

- C., 50 ans : Relation familiale difficile

J’avais très peur d’affronter un proche de ma famille. J’avais des griefs à lui faire, mais ne savais comment les lui dire, en plus tout en étant fâchée contre lui, je l’idéalisais, ce qui le rendait un peu inaccessible ; j’avais l’impression que nous parlions deux discours différents, qu’il ne pourrait pas me comprendre et que je sortirais toujours frustrée d’une tentative de mettre les choses à plat. Nous avons travaillé sur ma relation passée avec lui : je l’ai vue deux ou trois fois pour cela. L’occasion de parler a ce proche ne s’est présentée que quelques mois plus tard. Nous nous sommes vus pour tout autre chose, et incidemment dans la conversation j’ai pu lui dire ce que j’avais sur le coeur, calmement et sans agressivité. Non seulement il m’a écoutée, mais en plus il m’a aussi déballé des choses que de son côté, il avait accumulées, me concernant. Finalement, cette conversation amicale nous a permis d’abord de nous expliquer, ensuite d’en rire, puis de réajuster l’image que nous nous faisons l’un de l’autre. Maintenant tout est ok.C.

- Annie T. de Flémalle , 44 ans « je ne me sentais pas reconnue à mon travail »

J’en ai marre de mon boulot depuis quelques temps et il y a 15j une de mes collègue a eu une augmentation alors que j’en demandais une depuis longtemps… J’ai alors voulu changer de boulot mais je me sentais mal. Nous avons analysé le « pourquoi » je voulais partir et en réalité, j’ai compris que j’ai surtout un grand besoin de reconnaissance. En pesant objectivement le pour et le contre, j’ai préféré continuer mon boulot actuel mais j’ai appris grâce à vous, à reconnaitre mes vrais besoins et j’essaie de demander de la reconnaissance.
Hier, j’ai eu les félicitations de ma chef pour le travail que je venais de faire, je suis contente !

- P., 40 ans , Relations difficiles avec sa mère

Depuis quelques années la relation avec ma mère est assez conflictuelle.
Après avoir été une gentille petite fille bien sage, je décide de m'affirmer en tant que femme et de ne plus répondre aux 4 volontés de ma mère.
En séance d'hypnose, j'ai visualisé une corde qui me reliait à ma mère, Je l'ai coupée avec un gros ciseaux et j'ai laissé ma mère s'éloigner de moi. Je lui ai dit au revoir et lui ai souhaité plein de bonnes choses.
Vous m’aviez dit que plus j'envoyais du positif, mieux c'était pour moi.
Depuis lors, j'ai pu mettre de la distance et me protéger face à des situations stressantes pour moi.
Il y a encore des moments difficiles mais je sais où sont mes limites et celles que ma mère ne doit pas dépasser. P

- Françoise Martin, 40 ans, Rocourt : Un choix professionnel à faire

Il y a quelques mois, je me suis trouvée devant un choix difficile à faire au niveau professionnel : une opportunité m'était donnée de commencer une nouvelle activité, mais pour cela, il fallait, dans un délai très court, faire un choix parmi mes occupations actuelles.
Que choisir ? Comment choisir ? Quels étaient finalement les critères les plus importants pour moi ?
Quatre heures passées avec mme Vastamente m'ont vraiment aidées dans ce moment de questionnement : une écoute attentive, des techniques de mise en situation, des questions judicieuses, m'ont permis de voir clair et de poser un choix bien réfléchi.
En effet, par les techniques qu'elle utilise, et sans doute aussi grâce à une part d'elle-même, mme Vastamente m'a permis de prendre conscience d'un certain nombre de choses, et de là, m'a aidé à "sortir" les réponses à mes questions.
Je me suis sentie comprise et entendue sans jugement.
Mon seul regret est de ne pas avoir eu l'occasion de faire cette démarche auparavant pour d'autres choix.

- Thierry Lambert, 42 ans : « je me sentais incompétent à mon travail »

J’ai été engagé dans une multinationale comme ingénieur. Avant çà, j’ai travaillé 10 ans dans une petite société familiale. Je me suis senti très vite dépassé et stressé au point que j’ai du prendre des médicaments pour la première fois de ma vie et j’espère la dernière! Je me sentais totalement incompétent dans mon travail et malgré une bonne évaluation par mon chef, j’étais sûr qu’il le pensait aussi. Je voulais changer de job mais je me demandais si j’en avais vraiment envie ou si je fuyais ... Vous m’avez aidé à y voir plus clair, j’ai finalement décidé de rester et de développer mes connaissances, j’ai demandé des formations supplémentaires. Le travail que nous avons fait sur mon sentiment d’incompétence a été le plus important pour moi. Je sais maintenant que pour devenir réellement compétent, j’ai des choses précises à mettre au point et à développer, c’est ce que je fais pour le moment.

- M.B, 11ans : « j’ai peur de mon papa parce qu’il a frappé ma maman quand j’étais petite »

Mon papa est gentil avec moi mais je le déteste parce qu’il a frappé ma maman, j’étais petite mais je m’en souviens, elle criait derrière la porte et je ne savais rien faire. J’ai appelé ma grand-mère et la police est venue.
Ma maman a voulu que j’en parle avec vous et çà va mieux : quand je pense à quand j’étais petite, je n’ai plus tellement peur et quand je vais chez papa, çà va.

- G.C, 22ans : cauchemars suite au suicide de son père

Je faisais des cauchemars depuis plus d’un an, depuis le jour où mon père s’est suicidé. C’était la nuit : j’ai entendu mon frère crier quand il l’a découvert, je suis descendue de ma chambre à toute vitesse et j’ai glissé dans son sang, je me suis retrouvée à côté de la tête de papa éclatée ! En trois séances, j’ai retrouvé le sommeil. J’essaie de retrouver toutes ces images affreuses et je n’y arrive plus. Cà fait plus de 2 mois que je dors bien, je me demande si çà va durer ;)

- Karin L. , 28 ans : « j’ai peur de ne pas être une bonne mère »

Je suis hyper heureuse : je suis enceinte et je tenais à vous le faire savoir !
Quand je pense à mes doutes, …j’avais tellement peur de ne pas pouvoir être une bonne mère. Vous m’avez aidé à faire le lien entre cette peur et mon passé : ma mère disait toujours que si c’était à refaire, elle n’aurait pas d’enfant, qu’on coute cher, qu’on met des contraintes, elle ne peut pas dire çà si elle aime ses enfants mais mon père répétait toujours qu’il ne fallait pas lui en vouloir, elle n’avait pas été aimée dans son enfance, donc elle ne pouvait pas faire autrement… et donc moi non plus , je ne pouvais pas être une bonne mère vu mon enfance. Grâce à l’EFT j’ai finalement digéré tout çà et je sais maintenant que je peux être une bonne mère même si je n’ai pas eu de maman. Merci . Karin

 

 

 

 

Conception : pb web concept